Comment installer EasyOS sur votre disque dur

19 Mars 2020 — BarryK

Initialement écrit le 17 mars 2019
Les modififications du 19 Mars 2020 sont en rouge 

Préface :
Lors de l'écriture d'un tutoriel, il y a une tentation d'expliquer chaque petit détail, pour les yeux vitreux d'un lecteur. Cette page est un tutoriel pour installer EasyOS sur un disque dur de PC, eMMC, SSD ou autre et il est prévu de fournir suffisamment de détails pour être facile à lire, avec des liens vers d'autres lectures ou d'autres méthodes d'installation. Nous espérons que vous trouverez qu'un équilibre agréable a été atteint.

Cette page a été créée pour EasyOS 1.0.12 ou version ultérieure. Certaines étapes seront différentes pour les versions antérieures.

Méthodes d'installation alternatives

En ce qui concerne les méthodes d'installation alternatives, il vaut mieux les éliminer. Les voici, détaillés :

  1. La page que vous lisez en ce moment concerne les PC de bureau modernes (fabriqués en 2012 et plus tard), les ordinateurs de bureau et portables Windows, avec UEFI. Pour les PC plus anciens avec BIOS, les étapes d'installation sont quelque peu différentes et nécessitent un didacticiel distinct, que vous trouverez ici :

    Installation frugale de Easy  

  2. La page que vous lisez en ce moment explique comment créer ou utiliser les partitions existantes du disque dur interne, dans lesquelles installer EasyOS. Une alternative consiste à installer Easy sur un disque entier. Si c'est une possibilité pour vous, jetez-y un coup d'œil, c'est recommandé en raison de l'extrême simplicité d'installation. Le tutoriel est ici :

    Installer easyOS sur un nouveau SSD 

  3. Si votre PC est déjà configuré pour le multi-démarrage, avec le gestionnaire d'amorçage rEFind, lisez ceci :

    https://easyos.org/install/install-to-pc-with-existing-refind-boot-manager.html 

    Vous devriez pouvoir adapter les instructions à un autre gestionnaire d'amorçage tel que GRUB2.

Préparation

La méthode expliquée dans cette page consiste à installer sur deux partitions d'un disque dur interne d'un PC moderne avec UEFI.

Voici vraiment la "partie 2", car vous devez d'abord créer un espace vide dans le disque dur, dans lequel créer ces partitions. Ce serait la situation si votre PC fonctionne sous Windows et qu'il n'y a jamais eu de distribution Linux installée dessus.

Avertissement à propos des 32Go

Le Mele a un disque dur de 32 Go, de type eMMC, avec Windows 10 Home installé. Microsoft annonce maintenant que 32 Go, ce n'est pas suffisant pour gérer les mises à niveau, et il recommande pour les nouveaux ordinateurs «bébé» d'avoir 64 Go.

Ce tutoriel décrit la réduction du disque C: jusqu'à 20 Go, cependant, dans la "partie-1", il ne mentionne que la création d'un espace de 644 Mo dans l'eMMC et d'r une carte SD comme partition de travail de l'installation d'EasyOS.
Oui, c'est faisable et l'auteur confirme que cela fonctionne sur le Mele. Vous devrez modifier les procédures décrites ci-dessous, en conséquence.

Cependant, l'auteur a constaté que Windows 10 Home peut fonctionner avec seulement 20 Go. Il possède un utilitaire pour libérer de l'espace dont un élément consiste à supprimer l'historique, de sorte que vous perdez le retour en arrière. En théorie, Windows peut utiliser un lecteur externe pour le téléchargement lors des mises à jour, cependant, l'auteur ne l'a pas essayé.
Cela est acceptable pour l'auteur, car il n'utilise presque jamais Windows (et ce sera probablement votre cas lorsque vous réaliserez à quel point EasyOS est excellent!)

Eh bien, lisez la soi-disant "partie-1" et voyez si vous devez le faire. Si vous avez besoin de créer un "espace vide" sur le disque dur, faites le. Le lien explique également certaines modifications que vous devrez appliquer à Windows pour qu'il tolère le démarrage d'un autre système d'exploitation.

Veuillez lire le tutoriel "partie-1" :

Préparer-votre-PC-pour-démarrer-sur-Linux.

En l'état, pour lire le reste de ce tutoriel, c'est que vous avez lu la "partie-1" et donné un coup de pied à Windows dans sa forme et vous avez soit créé un "espace non alloué" sur le disque dur, ou vous pouvez utiliser une (ou plus) partition(s) existante(s) (non Windows).

Pour pouvoir installer EasyOS, vous devez exécuter EasyOS!

C'est assez simple, la prochaine étape de cette section «Préparation» consiste à démarrer Easy d'une clé USB. Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour y trouver la dernière version, la télécharger et suivre les instructions pour l'inscrire dans une clé USB.

Comment écrire EasyOS sur un support flash

Ensuite, démarrez votre ordinateur à partir de la clé USB et vous êtes bon pour ce tutoriel ...

L'étude de cas de ce tutoriel est un mini-PC Mele PCG35 Apo, présenté dans la "partie-1". Le voici, démarré à partir d'une clé USB :

image1

Note de l'auteur :
Ha ha, ça me rappelle un truc. J'ai récemment reçu un courriel d'un gars se lamentant parce que je ne fournissais pas EasyOS en fichier ISO - il disait qu'il y avait suffisament de place sur un CD pour y écrire des tas de trucs, mais aucun espace sur une clé USB. Mais non! J'ai une solution simple - du ruban de masquage, comme vous pouvez le voir ci-dessus. Chaque fois que je change le contenu du lecteur, j'applique un nouveau morceau de ruban de masquage. L'avantage du ruban est qu'il est bon marché, vendu partout et que vous pouvez y écrire dessus.

À l'étape suivante, cet «emplacement non alloué» doit être transformé en deux partitions, une fat32, l'autre ext4. Pour cela nous avons un superbe utilitaire, nommé GParted ...

Création de partitions Linux sur le disque dur interne

La partie-1 a expliqué comment utiliser l'utilitaire Gestionnaire de disque de Windows pour réduire la partition du disque C: et faire de la place pour créer une partition Linux. C'est la méthode sûre pour le faire et permettre à Windows d'être «heureux».

Maintenant que vous êtes avec EasyOS, vous pouvez utiliser l'utilitaire de gestion de partition GParted, pour créer une ou plusieurs partitions dans cet espace «non alloué».

Démarrez GParted à partir du menu «Fichiers». D'abord une fenêtre s'affichera pour vous demander de choisir le disque sur lequel vous voudrez travailler :

Menu «Fichiers»
choisir «Gestion des partitions : GParted»
choisir «mmcblk0»

Sur le Mele, le disque interne est appelé «mmcblk0» et les partitions «mmcblk0p1», «mmcblk0p2», «mmcblkop3» et «mmcblk0p4». C'est la dénomination Linux et la partition Windows C: est en fait «mmcblk0p3».

Après le démarrage de GParted, voici ce que vous verrez, dans l'étude de cas Mele :

image2

... en surbrillance grise, vous pouvez y voir l'espace «non alloué» (unallocated) créé dans la partie-1.

Maintenant, nous devons créer deux partitions. La première sera une petite partition de 640 Mo avec un système de fichiers fat32, nécessaire pour le démarrage et nous la reconnaîtrons en tant que «partition de démarrage». Alors, faisons-ça ...

Création d'une partition de démarrage fat32

Un ordinateur avec UEFI reconnaîtra une partition de démarrage et l'ajoutera à la liste des systèmes d'exploitation amorçables. Dans la fenêtre GParted :

Cliquez droit sur «unallocated»
choisissez «Nouveau»

Vous verrez s'afficher cette fenêtre, alors remplissez les paramètres de manière appropriée :

image3

... nous voulons seulement une taille de 640Mo, un système de fichiers fat32 et donner une étiquette appropriée, dans ce cas «easy1».

Et voici le résultat :

image4

Il y a encore une chose à faire, pour rendre «mmcblk0p5» amorçable :

Cliquez droit sur «/dev/mmcblk0p5»
choisissez «Gérer les drapeaux»
cochez «esp» et «boot»

Et la partition de démarrage est créée!

Ça c'est pour le démarrage. Cependant, la partition réellement utilisée lorsque Easy OS est en cours d'exécution est une autre partition appelée «partition de travail».

Création d'une partition de travail ext4

Fondamentalement, la même procédure que précédemment :

Cliquez droit sur «unallocated»
choisissez «Nouveau»

Et remplissez le cas échéant. Dans ce cas, laissez la taille telle quelle, ce qui remplit tout l'espace disponible, choisir le système de fichiers «ext4» et taper une étiquette, par exemple «easy2» :

image5

Vous avez terminé avec GParted, quittez-le.

Modifié le 19 mars 2020: taille de bloc incorrecte
Note de l'auteur: j'ai acheté un disque dur de 8 To pour un nouvel ordinateur et l'ai divisé en plusieurs partitions à l'aide de GParted. GParted a créé la plus grande partition, environ 6,2 To, avec une taille de bloc de 4096 octets, cependant il a créé quelques partitions de 48 Go avec une taille de bloc de 1024 octets. C'est pas bon, les blocs devraient être de 4096 octets pour que le cryptage du système de fichiers fonctionne (voir paragraphe suivant). En fait, GParted appelle l'utilitaire «mkfs.ext4», qui crée l'erreur. Voici donc une erreur très inhabituelle, et j'ai été obligé de recréer toutes les partitions, et cette fois, elles avaient toutes une taille de bloc de 4096 octets - ceci est très étrange!
Quoi qu'il en soit, vous devriez vérifier. Pour la partition ext4 nouvellement créée, exécutez ceci (exemple pour /dev/sda4) :

# tune2fs -l /dev/sda4

... ce "-l" est en minuscule. Il devrait afficher, dans la fenêtre, une taille de bloc comme suit, «Bloc size: 4096». Si ce n'est pas le cas, recréez le système de fichiers ext4 comme ceci :

# mkfs.ext4 -b 4096 -m 0 /dev/sda4

Alors vous êtes prêt pour le cryptage! Lire plus loin ... 

Cependant, il y a un petit hic. GParted ne prend pas en charge le réglage fin de certains paramètres ext4. C'est dommage, alors nous devons le faire manuellement. Ce n'est pas essentiel, mais fortement recommandé de l'afficher dans une partie colorée pour souligner que cela devrait être fait :

Modifié le 19 mars 2020: ne pas désactiver le journal
Note de l'auteur: je ne recommande plus de désactiver le journal pour les systèmes de fichiers ext4 sur SSD. Le fait d'avoir un journal améliore la récupération des erreurs. Sans journal, EasyOS s'arrête en laissant le système de fichiers marqué comme «impropre», en raison de l'impossibilité de démonter correctement le système de fichiers en couches aufs - cela ne provoque aucune erreur réelle, mais c'est un exemple où le journal améliore la situation, en marquant l'arrêt comme «propre». L’opinion majoritaire des «connaisseurs» c'est que l'augmentation de l'usure des disques SSD due à un journal est plus que compensé par l'accroissement de l'intégrité du système de fichiers. Un SSD devrait durer des années, même avec un journal - mais, si vous êtes vraiment paranoïaque à propos de l'usure des SSD, vous pouvez désactiver le journal, tout fonctionne toujours! Je recommande seulement de faire le numéro-2 ...
 

Veuillez faire ça!

Il existe deux réglages hautement recommandés qui peuvent être effectués sur le système de fichiers ext4 :

  1. Désactiver le journal
    Sur les lecteurs Flash, qui incluent les SSD, cela prolongera la durée de vie du lecteur si les écritures sont évitées autant que possible. À cet égard il est possible de désactiver la «journalisation».
  2. Activer le cryptage
    Si cette option est activée, les dossiers peuvent être cryptés. Cela fonctionne sur une base «par dossier» et n'affecte donc pas le reste du système de fichiers que vous voulez laisser non crypté. Fortement recommandé pour garder vos informations personnelles sécurisées.

Voici comment procéder. L'auteur a l'air d'en faire toute une histoire avec cette boîte colorée, mais c'est vraiment juste ce qu'il faut. Ouvrez un terminal et exécutez ceci :

# tune2fs -O encrypt,^has_journal /dev/mmcblk0p6

Voilà, c'est terminé.

Notez que "-O" est une majuscule. Si vous le souhaitez, vous pouvez coller la commande ci-dessus dans une fenêtre de terminal - faites glisser la souris (bouton gauche) sur cette commande pour la mettre en surbrillance, puis cliquez sur le bouton central de la souris dans le terminal - c'est la méthode Linux standard pour coller n'importe quel texte, ça fonctionne dans toutes les applications.

Presque au bout! Il suffit de mettre quelques fichiers dans la partition fat32 ...

Remplissage de la partition de démarrage

Près du bas de l'écran vous pouvez voir les partitions. «sda» est la clé usb et «mmcblk0» le disque SSD interne. Les partitions «mmcblk0p5» et «mmcblk0p6» sont les nouvelles partitions, d'amorçage et de travail, créées. Pour peupler la partition d'amorçage, tout ce que vous devez faire, c'est de faire glisser et copier certains fichiers de «sda1» dans «mmcblk0p5» :

image7

...C'est facile, cliquez simplement sur «sda1» et «mmcblk0p5» pour les monter, la fenêtre du gestionnaire des fichiers s'ouvrira, alors vous copiez en faisant glisser certains fichiers de l'une des fenêtres à l'autre, comme vu précédemment.

Vous devez seulement copier les fichiers et dossiers que vous voyez dans /mnt/mmcblk0p5 ci-dessus. Les autres sont pour le gestionnaire d'amorçage Syslinux, pour démarrer sur clé USB avec les PC d'avant 2012.

Pressé de fermer maintenant! Juste un petit correctif requis dans le fichier initrd ...

Détermination de initrd

Le fichier initrd est un petit système de fichiers Linux que le noyau charge dans la RAM et s'exécute lors de l'action sur le bouton «Marche/Arrêt» de votre PC, avant de lancer le «bon» EasyOS. Le fichier easy.sfs contient l'intégralité du système de fichiers de EasyOS et vmlinuz est le noyau Linux.

Si vous deviez redémarrer maintenant, Mele détecterait la partition de démarrage «mmcblk0p5» et chargerait le noyau vmlinuz, qui à son tour chargerait initrd. Malheureusement, le démarrage échouerait à ce stade. Nous devons modifier le fichier texte, nommé BOOT_SPECS, à l'intérieur de initrd.

Ce qui est assez facile à faire. initrd est un fichier binaire, mais il peut être ouvert en cliquant simplement dessus et cette fenêtre apparaîtra :

image18

... malgré l'avertissement, cliquez sur «Oui» ou «Yes» et une fenêtre de ce genre apparaîtra ...

image15

... Cela me paraît bien!

Ce «correctif», a indiqué où se trouvent les partitions de démarrage et de travail. Chaque partition a un UUID unique (Unique Identifiant Universel). Si vous le souhaitez, vous pouvez confirmer que le «correctif» est valable, en exécutant l'utilitaire «blkid», dans un terminal comme ceci :

# blkid /dev/mmcblk0p5
/dev/mmcblk0p5: LABEL="easy1" UUID="EF1E-16B2" TYPE="vfat"

Cliquez sur «Oui» et vous obtenez une confirmation ...

fixed1

Bon ... vous n'êtes pas obligé, mais vous pouvez faire un truc supplémentaire manuellement pour ce fichier BOOT_SPECS. Notez que WKG_DIR='' signifie que Easy créera des dossiers au niveau supérieur de la partition de travail.

Cela pourrait être un peu plus ordonné si Easy devait créer ses dossiers dans un sous-répertoire. Cela séparerait clairement les dossiers créés par Easy et tout ce que vous pourriez vouloir faire dans cette partition. S'il s'agit seulement d'une partition de 7,4 Go, vous ne l'utiliserez pas pour beaucoup d'autres choses, mais pour une partition bien plus grande, alors peut-être. En mettant ceci dans une autre jolie petite boîte colorée :

Pour les exigeants

Si vous cliquez à nouveau sur le fichier initrd, vous pouvez l'ouvrir et modifier ce fichier BOOT_SPECS dans un éditeur de texte. Je vous suggère de faire ceci:

WKG_DIR='easy'

Où WKG_DIR peut être n'importe quel chemin arbitraire que vous souhaitez. Le dossier n'a pas à exister, il sera créé. Il y a une capture d'écran plus bas, le résultat sera affiché après le démarrage.

Nous voilà maintenant prêts à démarrer Easy à partir du disque dur interne ...

Démarrer Easy

L' installation décrite ici est déjà configurée pour démarrer Easy, aucun gestionnaire de démarrage supplémentaire n'est requis. Aucune modification invasive sur le disque dur. Si plus tard, vous décidez que vous ne voulez plus Easy sur le disque dur, il vous suffira de démarrer Easy de la clé USB, d'exécuter GParted, puis de supprimer ces deux partitions - hé hop, vous serez de retour au début de cette page Web.

Vous pourrez ensuite démarrer Windows et exécuter le gestionnaire de disque, comme décrit dans la partie 1, et augmenter le lecteur C: pour le remplir des 640 Mo + 7,4 Go d'espace précédemment créé.

Quoi qu'il en soit, il est fort probable que vous aimerez vraiment utiliser Easy sur le disque interne, et le garderez!

Donc, comment démarrer Easy, pour la toute première fois? La réponse est d'exécuter la configuration UEFI. Donc : Allumer le PC, presser une touche de raccourci («Échap» sur le Mele, ou F9 ou F12, selon les marques), puis sélectionner de démarrer Windows ou Easy.

Easy affichera alors un menu de démarrage :

image11

... cette dernière ligne exécutera la configuration UEFI, un moyen pratique de le lancer, dans le futur, sans avoir besoin d'appuyer sur la touche de raccourci.

Une photo est maintenant indispensable pour montrer que Easy est en cours d'exécution sur le Mele :

mele12

Au premier démarrage, Easy crée des dossiers dans la partition de travail. Il a été suggéré plus haut que si vous aviez mis quelque chose dans la variable WKG_DIR, alors ces dossiers auront été créés en dessous (à l'intérieur).

Dans l'exemple de WKG_DIR='easy', les dossiers «containers», «releases», etc. ont été créés sous «easy» :

wkg1

wkg2

... juste pour l'amour de l'ordre, vous pouvez déplacer tout ce que vous voulez au niveau supérieur.

Pour compléter cette page, voici plus d'explications sur le double démarrage ...

Le gestionnaire d'amorçage rEFInd

Le firmware UEFI fonctionne comme un gestionnaire de démarrage rudimentaire. À la mise sous tension, il analyse les disques à la recherche de ce que l'on appelle le "système EFI" des partitions vfat. Dans les captures d'écran de GParted plus haut, vous pourrez voir qu'il y en a une pour démarrer Windows, «mmcblk0p1».

L'exercice vécu sur cette page a été de créer un autre «mmcblk0p5». À la mise sous tension, l'UEFI reconnaîtra toutes ces partitions système EFI et les ajoutera à la liste de démarrage. Par défaut, il place Windows sur le dessus, c'est pourquoi vous devez exécuter la configuration UEFI-Setup et modifier l'ordre.

Cela fonctionne très bien et c'est un moyen très simple et non invasif pour le double démarrage. Et, surtout, facilement réversible.

Et si vous voulez un joli menu à la mise sous tension, avec une sélection de systèmes d'exploitation, Easy l'a déjà : le gestionnaire de démarrage rEFInd.

Le menu de démarrage, dans la capture d'écran plus avant, est en fait fourni par rEFInd et par un changement de configuration très simple, rEFInd peut être invité à rechercher d'autres OS dans l'ordinateur et les proposer dans le menu. Dans la partition de démarrage, ouvrez le fichier EFI/BOOT/refind.conf dans un éditeur de texte. Vous verrez ceci :

timeout 10
textonly on
textmode 0
showtools shutdown,reboot,firmware
#scan_all_linux_kernels off
#scanfor manual,internal
scanfor manual

menuentry "Easy OS" {
loader /vmlinuz
initrd /initrd.q
ostype linux
options rw
submenuentry "Filesystem check" {
add_options "qfix=fsck"
}
submenuentry "Commandline only, do not start X" {
add_options "qfix=nox"
}
submenuentry "Rollback to earlier session" {
add_options "qfix=bak"
}
}
menuentry "Windows 10" {
volume SYSTEM
loader \EFI\Microsoft\Boot\bootmgfw.efi
disabled
}

Ce fichier de configuration indique à rEFInd de ne faire aucune recherche automatique. Notez l'entrée pour "Windows 10" en bas. Si vous commentez "disabled", et remplacez "SYSTEM" par le libellé de la partition Windows ESP (sur mon Mele c'est "SYSTEM"), alors vous aurez ajouté Windows dans le menu de démarrage.

Sinon, vous pouvez activer la recherche automatique, ce qui est franchement génial. Il suffit de changer ces trois lignes comme ceci :

scan_all_linux_kernels off
scanfor manual,internal
#scanfor manual

Redémarrez et aussitôt vous verrez Windows proposé dans le menu :

image13

... cet exemple concerne le mini-PC Melo PCG35 Apo de l'auteur. S'il y avait d'autres OS, ils seraient également récupérés et proposés dans le menu.

Ballade terminale

La plus grande part de l'installations décrite ci-dessus pourrait probablement être automatisée, avec une belle interface graphique. L'auteur pourrait le faire un jour. Cependant il y a une certaine satisfaction personnelle de le faire à la main.

Le Mele PCG35 Apo possède une interface pour disque dur SATA 2,5 pouces ou SSD, ce qui serait une autre façon très sympa d'installer Easy, et en réalité il y a un tutoriel pour le faire :

Comment installer EasyOS sur un nouveau SSD

Éclatez-vous!


(c) Copyright Barry Kauler, December 2018, March 2019, all reproduction rights reserved.
A disclaimer: Barry Kauler has provided these instructions in good faith, however there is a disclaimer of all responsibility if something does go wrong. It shouldn't, but if you type in something incorrectly and wipe your C: drive, that is entirely your own responsibility. if you are a Linux newbie and want to install Easy on the internal hard drive, it is recommended that you find a Linux-knowledgeable guy to help.