site  news  contact

Comment installer EasyOS sur un nouveau SSD

13 mars 2019 — BarryK

Voici est un tutoriel sur l'installation sur disque dur interne ou SSD. Il en existait déjà un, spécialement, pour les anciens ordinateurs x86 à BIOS traditionnel :

Installation frugale facile

Et il y en avait un autre pour les ordinateurs modernes avec firmware UEFI x86 (fabriqués depuis 2012) :

Comment installer easyOS sur votre disque dur

Le deuxième tutoriel avait utilisé le mini-PC Mele PCG35 Apo de l'auteur comme exemple. Ce tutoriel utilise également le Mele.

Les tutoriels ci-dessus avaient détaillé comment installer EasyOS sur un disque dur interne à plateau magnétique ou sur un disque moderne (SSD). Ce tuto adopte une approche différente : acheter un nouveau disque et utiliser l'intégralité du disque pour EasyOS. Il s'avère que c'est extrêmement facile à faire, avec le grand avantage que le disque d'origine peut être laissé entièrement seul et intact - ce qui signifie que si vous voulez revenir à l'état d'origine, il suffit de retirer le nouveau disque.

Il n'est pas nécessaire que ce soit un nouveau disque moderne (SSD), n'importe quel disque qui peut être placé dans l'ordinateur et utilisé entièrement par EasyOS fera l'affaire. Allons-y ...

Installer un nouveau SSD

L'auteur (Barry Kauler) a décidé de s'acheter un cadeau de Noël :

https://www.austin.net.au/shop-categories/hard-drives-ssd/kingston-technology-a400-240-gb-serial-ata-iii-2-5.html

Seulement 54AU$ pour un SSD de 240 Go, SATA3 de 2,5 pouces. C'est beaucoup moins cher par Go que les clés USB. Le Mele PCG35 Apo possède un emplacement interne pour un disques SATA 2,5 pouces supplémentaires et M.2 SATA. Le câblage est prévu pour le disque de 2,5 pouces, il était donc très simple de l'installer :

image1

Les vis de montage n'étaient pas fournies avec le lecteur, mais elles ont été données par le gars d'Austin Computers.

Le Mele est un PC avec Windows10, donc la prochaine étape sera de démarrer EasyOS à partir d'une clé USB ...

Démarrage de Easy

Tout d'abord, vous devez démarrer EasyOS à partir d'une clé USB. En théorie, les étapes décrites dans cette page peuvent être effectuées pour démarrer n'importe quelle distribution Linux, cependant, ce sera beaucoup plus facile si vous utilisez Easy.

Par conséquent, lisez les pages qui décrivent comment télécharger le fichier image EasyOS, le copier sur une clé USB et le démarrer à partir de celle-ci :

Préparer votre PC pour démarrer sur Linux

et :

Écrire EasyOS sur un support flash

Après le démarrage d'Easy, vous verrez les icônes de partition du lecteur le long du bas de l'écran - et remarqué par son absence le Kingston SSD ...

Arrêtez-vous un instant et pensez à votre but - Démarrer EasyOS sur le Mele à partir d'une clé USB, puis écrire le fichier image EasyOS sur le SSD. Cependant, cela peut être fait ailleurs - par exemple un autre ordinateur, fonctionnant sous Linux, sur lequel vous pouvez temporairement y brancher le lecteur SSD Kingston. Voilà, c'était juste une alternative à considérer.

À propos de ce SSD «manquant» ...

Installer EasyOS sur le nouveau SSD

Vous devez avoir le fichier image téléchargé, sous cette forme easy-<version>-amd64.img.gz, que vous pouvez récupérer ici :

http://distro.ibiblio.org/easyos/amd64/releases/pyro/

L'auteur l'a mis sur la clé USB avant de démarrer sur le Mele. Maintenant, pour l'écrire sur le SSD :

image2

... le disque «mmcblk0» est le SSD 32GB original, «sdb» est la clé USB sur laquelle nous avons démarré. «sda» est le SSD Kingston -- il ne se voit pas parce qu'il est complètement vide, sans aucune partition.

Il existe deux façons différentes de remplir le SSD Kingston :

Premièrement, utiliser GParted pour créer deux partitions, une partition de démarrage fat32 ESP et deuxième partition ext4. Cela pourrait se faire comme dans le tutoriel précédent.

Deuxième méthode, il suffit de copier le fichier easy-<version>-amd64.img.gz directement sur le lecteur, comme vous le feriez pour une clé USB. Après tout, un SSD n'est tout juste qu'un gros lecteur Flash.

Ainsi, la deuxième méthode est indiquée dans la capture d'écran ci-dessus, ouvrez un terminal et exécutez easydd. Puis, quand il demande le lecteur cible, sélectionnez sda :

image3

...notez quelque chose de très intéressant : la vitesse d'écriture à 63,7 Mo/s, c'est en méga-octets par seconde. Cependant, il a copié depuis la clé USB, ce qui a fait baisser - mais, c'est un SanDisk Extreme, qui est un SSD extrêmement rapide. Quoi qu'il en soit, nous nous attendions à avoir une vitesse bien en dessous de la vitesse d'écriture séquentielle revendiquée par le fabricant.

En termes de vitesse, ce SSD serait quelque part près du bas pour les SSD, mais il est bien au-dessus des disques durs à plateau magnétique. Il est également très loin au-dessus des clés USB el-cheapo, qui doivent être aux alentours de 3 Mo/sec.

Le SSD Kingston est rapide :
Le SSD Kingston A400 n'est pas en reste. Il y a quelques tests de vitesse simples ici :

http://bkhome.org/news/201812/thoughts-on-hdd-and-ssd-speed.html

Après avoir écrit le fichier image sur le SSD, c'est tout, nous sommes prêts à y aller. Il n'y a plus qu'à sélectionner le SSD dans la configuration UEFI de démarrage. Mais avant ça, il y a quelques ajustements utiles en option ...

1: Modifier WKG_DIR (le répertoire de travail)

Après avoir écrit le fichier image sur le SSD, deux partitions apparaissent, sda1 et sda2. L'une est la «partition de démarrage», la seconde la «partition de travail» - cliquez dessus pour afficher le contenu.

La partition de démarrage contient les fichiers vmlinuz (le noyau Linux), initrd (le fichier d'initialisation) et easy.sfs (l'ensemble du système de fichiers d'EasyOS). Si vous avez lu d'autres documentations d'EasyOS, vous connaissez probablement certaines choses à propos de ces fichiers. Mais pour le moment, la seule chose à savoir c est que initrd est chargé dans la RAM au début du démarrage et contient un fichier nommé BOOT_SPECS, qui permet au noyau Linux de localiser les partitions de démarrage et de travail .

Il n'y a rien à faire ici, ça va marcher tout simplement. Mais, si vous cliquez sur le fichier initrd, il s'ouvrira et vous pourrez modifier le fichier BOOT_SPECS. Son contenu ressemble à ça :

BOOT_UUID='308C-E204'
BOOT_DIR=''
WKG_UUID='3dd847b4-41e4-11e9-a94e-c025e90feb00'
WKG_DIR=''

Le petit ajustement que vous pouvez y faire est d'ouvrir BOOT_SPECS dans un éditeur de texte et de spécifier un répertoire de travail particulier pour WKG_DIR:

WKG_DIR='easy'

Cela va dire à EasyOS de tout mettre dans le dossier «easy» dans la partition de travail. Cela rend les choses plus ordonnées, vous pouvez donc utiliser le reste de la partition pour autre chose. C'est juste un détail d'organisation, vous en verrez la commodité si vous le faites.

Après avoir modifié BOOT_SPECS, vous serez invité à cliquer à nouveau sur initrd, pour le fermer.

2: Modifier le menu reFind

Il est indiqué ci-dessus qu'il devrait y avoir deux partitions sur le SSD, sda1 et sda2. Oui, mais les versions d'Easy antérieures à 1.0.11 n'avaient qu'une seule partition et sda2 a été créé au premier démarrage. Cette capture d'écran a été prise à partir de l'une de ces installations antérieures, vous ne pouvez donc voir que sda1 :

image7

Peu importe la version d'Easy, cette partition de démarrage contient les mêmes fichiers.

... cliquez sur l'icône «sda1» et ouvrez «refind.conf» dans l'éditeur de texte Geany. Changez juste ces deux lignes, de :

#scanfor manual,internal
scanfor manual

à ça :

scanfor manual,internal
#scanfor manual

... quelle importance que reFind recherche automatiquement des systèmes d'exploitation installés en interne et les ajoute au menu. Cela pourrait vous être utile d'étudier cette page du manuel reFind :

https://www.rodsbooks.com/refind/configfile.html

Que vous appliquiez ou non ces deux modifications, c'est à vous de voir. MAIS le réglage #1 doit être fait maintenant, avant le premier démarrage, tandis que l'ajustement #2 peut être fait à n'importe quel moment, ultérieurement.

Quoi qu'il en soit, nous voilà maintenant prêts à démarrer à partir du SSD ...

Démarrer le nouveau SSD

Inutile d'installer un gestionnaire de démarrage tel que GRUB. Il faut juste lancer la configuration UEFI et de lui dire de démarrer le SSD. Vous avez donc besoin de maintenir enfoncée une «touche de raccourci» à la mise sous tension du PC. Dans le cas du Mele, il s'agit de la touche «Echap» pour ouvrir la configuration UEFI :

image8

... à noter, le lecteur «SanDisk Extreme» est en haut de la liste. C'est la Clé USB. Le SSD Kingston est plus bas à la 5ème position. Il doit donc être remonté jusqu'à la 1ère place. Autre remarque : «UEFI OS» est une partition fat32 esp 640 Mo que l'auteur a créée pour des expériences d'installation antérieures - ignorez ça.

Ensuite, le menu reFind du SSD Kingston affichera :

image9

... il a automatiquement trouvé l'installation de Windows 10. Vous pouvez donc utiliser ce menu pour démarrer n'importe quel système d'exploitation installé, il n'est pas nécessaire de revenir à la configuration UEFI.

Il vous sera demandé de choisir votre clavier et un mot de passe (facultatif) ...

image10

Ensuite, nous aurons le bureau ...

image11

...Ouais!

«sda2» ne fait que 223 Go. La spécification de 240 Go serait de 240 000 000 octets, non les puissances à 2 chiffres.

Et voilà une belle façon d'installer Easy ... Et c'est transportable, comme une clé USB - vous débranchez le SSD Kingston, vous le rebranchez sur un autre PC et le tour est joué : le voilà installé sur l'autre ordinateur.

Éclatez-vous! 


(c) Copyright Barry Kauler, Décembre 2018, Mars 2019, tous droits de reproduction réservés.
Avertissement : Barry Kauler a donné ces instructions de bonne foi cependant, il dégage sa responsabilité en cas de problème. Cela ne devrait pas arriver, mais si vous agissez de manière incorrecte et videz votre disque C:, c'est sous votre entière responsabilité. Si vous êtes un débutant avec Linux et souhaitez installer Easy sur un disque dur interne, il est recommandé de trouver une personne connaissant Linux pour vous aider. 

Tags: installer

Accès à la page d'accueil (désolé, partiellement encore en anglais...)